Ce qui marcherait en thérapie

What works in therapy ?

“Ce qui marche en thérapie”. Cet article venu d’Australie se veut être “d’un grand intérêt pour tous les praticiens et les étudiants de counseling et de psychothérapie”.

Dans cet article, le Dr Morawetz résume 40 ans de recherche sur ce qui fonctionne en psychothérapie.
Conclusion : ce qui détermine le succès d’une démarche psychothérapeutique n’est pas le niveau de formation du praticien ni ses années de pratique ou la méthode utilisée. La bonne recette se trouve à plus de 70% dans la capacité du couple patient-praticien à éprouver de l’espoir par rapport à l’issue de la thérapie, affirme Scott D. Miller, directeur du Centre international pour l’expertise thérapeutique à Chicago. Faire preuve d’optimisme et de positif conditionne le résultat.

Dans sa dernière édition, la revue Scientific American Mind évalue même à 92% le poids de ce facteur dit «extra-thérapeutique». Ceci n’est pas nouveau même si certains le découvrent : les études antérieures évaluaient son efficacité de 60 à 75%.

“Quarante années de recherches poussées n’ont pas démontré de véritable supériorité d’une méthode sur une autre” déclare Scott Miller. “Les différences de modèles n’ont pratiquement aucune influence sur l’issue d’une psychothérapie”.

«La validité de cette hypothèse est admise par la communauté scientifique depuis le début des années 2000» précise Jean-Nicolas Despland, directeur de l’Institut universitaire de psychothérapie. D’éminents chercheurs l’ont décrite tels que Saul Rosenzweig (Université de Washington), Lester Luborsky (Université de Pennsylvanie) ou encore Bruce E. Wampold (Université du Wisconsin-Madison).

Vendez votre intelligence et achetez du positif

C’est lorsque le patient se montre positif que les praticiens deviennent les plus efficaces ! Cette posture est enseignée depuis quelques années en Suisse, notamment. Ceci touche le domaine de l’empowerment, notion qui signifie « devenir acteur de sa vie, développer ses propres possibilités ».

Tant pis pour votre banquier! Et tant pis pour les grands discours. Nous sommes au début d’une (r)évolution.  Voici un slogan qui pourrait accompagner ces temps de changement: Et si votre meilleur investissement ne se trouvait pas chez votre banquier, mais en vous même et en votre capacité à être positif ?

Source :  http://www.psychology.org.au/Events/
Merci à G P de ce partage. École du Positif, formations.